Montréal May 8, 2019

 

Madame Valérie Plante

Mairesse de la ville

Ville de Montréal

mairesse@ville.montreal.qc.ca

Et :

Sidney Ribaux

Directeur du Bureau de la transition écologique et de la résilience

Ville de Montréal

Objet : Conversion des systèmes de chauffage au mazout vers l’électricité

Madame Plante and Monsieur Ribaux,

Au cours des dernières années, le marché québécois du chauffage au mazout a subi un déclin marqué, engendré par une multitude de facteurs, tels que les fluctuations imprévisibles des prix du mazout, les frais élevés d’entretien, les politiques municipales plus restrictives à l’égard de la pollution causée par les gaz à effet de serre, les incitatifs gouvernementaux comme le programme d’aide financière Chauffez vert, sans oublier la sensibilité de plus en plus grande des consommateurs d’énergie aux enjeux environnementaux.

Par ailleurs, depuis une dizaine d’années, la part du marché résidentiel qu’occupe le chauffage au mazout est passée de 15 % à 6 %. Cet effritement de la clientèle a fait en sorte que la GRANDE MAJORITÉ des fournisseurs de mazout ont coupé dans leur réseau de livreurs, ce qui a eu pour effet – particulièrement au cours des deux dernières années – de créer une hausse des délais et des retards de livraison. Aussi, le métier de chauffagiste de mazout est représenté par une main d’œuvre âgée (60 ans et plus) et la relève se fait de plus en plus rare pour assurer le service.
En conséquence de ces phénomènes, de plus en plus de consommateurs manquent d’huile en pleine vague de froid dû au fait que les fournisseurs de mazout peinent à fournir à la demande par manque de ressources.

Également, ces problèmes logistiques qui se multiplient affectent le lien de confiance de la clientèle à l’égard des entreprises de distribution de mazout au point où un grand nombre de ces consommateurs de mazout (et biénergie) pourraient songer à convertir à court terme vers le
chauffage électrique.

En tenant compte de tous ces facteurs, il serait souhaitable pour la Ville de Montréal d’offrir une subvention sur l’ensemble de son territoire aux propriétaires résidentiels qui font le choix responsable de convertir dès maintenant leur système de chauffage au mazout vers l’électricité,
comme c’est le cas pour les résidents de Laval qui peuvent recevoir jusqu’à 1 000 $ en aide financière :
https://www.laval.ca/Pages/Fr/Citoyens/chauffage-au-mazout.aspx

Les conversions du mazout vers l’électricité sont déjà admissibles au programme d’aide financière Chauffez Vert dans le cadre du plan de transition énergétique du gouvernement du Québec. Cette aide financière est un bon moyen d’inciter les consommateurs à délaisser le mazout et, l’ajout d’une subvention municipale sur le territoire montréalais pourrait notamment compenser l’abolition du crédit d’impôt RénoVert depuis le 31 mars dernier.

Quelques précisions : Il resterait environ 200 000 à 225 000 propriétés qui chauffent au mazout au
Québec dont environ 75 000 à 80 000 à Montréal.
Il serait logistiquement improbable de les convertir toute dans un échéancier à court terme (2 à 3 ans); par contre, sur une durée de 10 à 12 ans, soit d’ici 2030, il serait réaliste d’éliminer le chauffage au mazout au Québec.

https://www.newswire.ca/fr/news-releases/interdiction-du-chauffage-au-mazout-dici-2028—ensemble-montreal-demande-linterdiction-du-chauffage-au-mazout-692599311.html

Du côté d’Hydro-Québec, afin d’accélérer la transition énergétique, l’abolition du tarif préférentiel (DT) dans le cadre de leur programme biénergie serait de mise car plus de la moitié des propriétés qui chauffent encore au mazout utilisent le mode biénergie. Le fait que ces clients bénéficient d’une tarification préférentielle retarde leur choix de convertir totalement à l’électricité. En abolissant ce tarif, les consommateurs n’auraient plus d’incitatif à conserver le mode biénergie (en ne consommant du mazout que lorsque la température extérieure est plus froide que -12° Celsius).

Dans un article du quotidien La Presse publié en février 2017 intituléHydro veut en finir avec le mazout   Hydro-Québec affirme vouloir conquérir de nouveaux marchés « pour augmenter ses profits au Québec. » Dans ce contexte, continuer d’offrir le tarif préférentiel biénergie est contreproductif!

Il faut comprendre qu’au début des années 1980, Hydro-Québec peinait à répondre à la forte demande d’électricité durant les vagues de froid et offrir un programme de subvention ainsi qu’un tarif préférentiel avait alors incité la moitié de cette clientèle (au mazout) à opter pour le chauffage biénergie, limitant ainsi le chauffage au mazout aux périodes de grand froid. Mais, cette conjoncture est révolue!

Le virage écologique qu’entreprend la Ville de Montréal arrive à point. Le fait que Montréal soit proactive en convertissant ses propres bâtiments à l’électricité lance un message qui est cohérent avec la transition énergétique du Québec : réduire notre empreinte écologique et ainsi léguer aux générations futures un environnement plus sain.

Auteur de la lettre :

Conseiller en chauffage et en climatisation résidentielle, directeur du marketing et des ventes pour une entreprise de mazout pendant 35 ans et récemment nouvel entrepreneur et fondateur d’une entreprise vouée à prendre part au virage écologique vers l’électricité. Le lancement de l’entreprise est prévu pour le 1er juin 2019. Si vous avez besoin de plus d’informations au sujet du marché du chauffage au mazout, je suis
disponible pour en discuter avec vous.

François Lalonde

Citoyen de Montréal

francois@ecoconversions.ca